Absolutisme Monarchique Dissertation Format

Sommaire

Introduction

I) La Souveraineté du XIIIème au XVème

A. L'apparition de la Souveraineté
B. Une puissance ancrée mais encore limitée

II) La Souveraineté du XVème au XVIIIème

A. Une réécriture de la notion de souveraineté
B. La naissance de l'absolutisme

Extraits

[...] Toute autre source d'autorité que celle du souverain est reléguée au rang de tyrannie. Néanmoins, Bodin, même s'il fait l'éloge de la monarchie, ne fait pas de cette souveraineté absolue une prérogative exclusivement royale. Elle peut appartenir à un collège aristocratique, ou au peuple. Le souverain concentre tous les pouvoirs (l'idée de séparation n'émergera que plus d'un siècle après avec Montesquieu). D'autres penseurs comme Coquille suivront Bodin dans cette voie, appuyant le pouvoir royal. Dès lors, on peut parler d'une souveraineté dont la puissance est qualifiée par Bodin lui-même d'absolue (Livre chapitre Les Six Livres de la République). [...]


[...] L'apparition de la souveraineté Le Roi avait perdu son autorité sous l'ère féodale. Dès le XIème siècle, ses légistes tentent peu à peu de restaurer son autorité. Tout commence avec la théorie de Suger sur la mouvance du fief en 1144. Le Roi est maintenant considéré comme étant à la tête de tous les fiefs et de tous les hommes, à qui il délègue de son pouvoir, tout en en conservant la suprématie. Mais la notion même de souveraineté n'apparaît qu'au XIIIème siècle, comme le pouvoir d'un homme sur une communauté. [...]


[...] On affirme désormais que le Roi de France tient son pouvoir de Dieu lui-même. C'est le début de la monarchie de Droit Divin. De ce fait, le Roi se retrouve défait du lien de subordination que l'Eglise avait tenté de lui imposer. La souveraineté s'affirme également face à l'Empereur du Saint-Empire Romain constitué de la partie orientale de l'Empire carolingien. Pour le symboliser, Philippe II prend même le nom de Philippe II Auguste, et s'affirme Empereur du Royaume de France. [...]


[...] La souveraineté est-elle une puissance absolue ? Car la souveraineté est apparue tardivement dans le Royaume de France. Elle est née en réaction à la société féodale de la part des légistes royaux qui tentaient de reconstruire l'autorité du monarque dès le XIIIème siècle, et reste aujourd'hui une notion appliquée non plus à un homme, mais à l'Etat. La souveraineté est le caractère suprême d'une puissance soumise à aucune autre. Mais bien que soumise à aucune autre, est- elle pour autant absolue, c'est à dire sans restriction aucune ? [...]


[...] La notion de souveraineté permet l'œuvre de Louis XIV. L'Etat c'est Moi en est la plus parfaite illustration. En effet, les Ministres Royaux, qui jusqu'à lui avaient un minimum d'autorité sur le Roi se retrouve relégués au rang de Conseillers. Le Roi a tous les pouvoirs, et il est légitimé par le Droit Public qui les lui accorde, grâce à la notion de souveraineté. Cette dernière en elle-même ne porte pas l'idée d'une puissance absolue, et d'ailleurs ne l'a longtemps pas été, pourtant, à défaut d'en être l'idée, elle est le moyen de l'absolutisme, qui se nourrit d'elle pour se rendre légitime. [...]

Résumé du document

L'ancien régime recouvre la période qui va du règne de François Ier (1515-1547) à la Révolution de 1789. L'expression fut inventée par Mirabeau dès 1789, pour condamner le système politique antérieur et affirmer la rupture avec la monarchie absolue de droit divin. Cette expression rentre dans le langage courant au 19e siècle avec l'œuvre d'Alexis de Tocqueville L'ancien régime et la révolution en 1856. La société de l'ancien régime est composée de trois ordres : le clergé, la noblesse et le Tiers État. Cette séparation repose sur une idéologie et une tradition. La Révolution française, avec l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août 1789, a mis fin au système des ordres et aux inégalités juridiques entre les Français. La société bloquée peut s'analyser d'un point de vue institutionnel et social. C'est une société figée ou aucune évolution sociale, économique, politique n'est possible. Il s'agira de voir en quoi la société de l'ancien régime est paralysée.

Extraits

[...] Sa richesse foncière est considérable. Elle participe aux finances de l'Etat et au financement de l'Etat. Au 18e siècle, la bourgeoisie est très cultivée, compétente face à une noblesse qui n'a que son titre. La bourgeoisie régit l'ensemble du monde économique, du monde financier. La mort de Louis XIV va devenir un blocage pour la société de l'Ancien régime. Les postes étant occupés par les nobles, l'accès sera presque impossible pour la bourgeoisie qui voit disparaitre l'anoblissement royal. Cela a comme conséquence d'avoir une bourgeoisie qui représente 15% de la population, riche cultivée et qui va devenir une classe révolutionnaire. [...]


[...] La société de l'Ancien régime, une société tripartite subit un blocage à l'intérieur des ordres, mais aussi à l'extérieur principalement orchestré par la bourgeoisie et la noblesse. Ce climat est difficile à gérer pour les rois au pouvoir. Cette paralysie a duré près deux siècles avec des lueurs d'espoir dans la philosophie des Lumières notamment. Certains rois ont essayé de s'inspirer des penseurs comme Louis XVI, mais cela reste difficile. Il faut dire aussi qu'une concurrence existait à l'époque entre voisins géographiques. [...]


[...] Lorsque Louis XVI appelle Turgot au gouvernement, il connait ses réalisations dans le Limousin. Le roi veut une application au royaume. En 1774, c'est le contrôleur général des finances. Les réformes vont cibler principalement la bourgeoisie. En février 1776, il supprime les corporations (liberté pour tous d'exercer un métier de choix). Mais devant l'opposition du parlement de Paris et il est renvoyé en mai 1776. De plus, Necker, le financier est nommé en juin 1777 à la place de Turgot. [...]


[...] La société de l'ancien régime, une société bloquée ? L'ancien régime recouvre la période qui va du règne de François Ier (1515- 1547) à la Révolution de 1789. L'expression fut inventée par Mirabeau dès 1789, pour condamner le système politique antérieur et affirmer la rupture avec la monarchie absolue de droit divin. Cette expression rentre dans le langage courant au 19e siècle avec l'œuvre d'Alexis de Tocqueville L'ancien régime et la révolution en 1856. La société de l'ancien régime est composée de trois ordres : le clergé, la noblesse et le Tiers État. [...]


[...] L'apport de Montesquieu consiste en une remise en cause de l'absolutisme. Ces deux auteurs sont libéraux dans la mesure où ils souhaitent créer dans la société des espaces de libertés individuelles hors d'atteinte du pouvoir de l'Etat comme la liberté d'expression. L'influence sociale peut être assez limitée, car l'analphabétisme est encore important et les concepts abordés sont complexes. Ces idées circulent au sein de la noblesse Différents essais de réformes Ces diverses tentatives de réformes concernent essentiellement les questions de finance et de fiscalité du royaume au 18e siècle. [...]

0 thoughts on “Absolutisme Monarchique Dissertation Format”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *